Logo des amis du site
www.harlue.eghezee.org
Les gisants

 
Les gisants
Un gisant est une sculpture qui représente un personnage couché sur un tombeau.
Ce monument semble entretenir avec le défunt un rapport de "non-séparation" avec les vivants. Ils furent d'abord liés à de hauts personnages, les souverains. Puis ils se démocratisèrent: les hauts seigneurs, la petite noblesse et les bourgeois emboîtèrent le pas.
La représentation des gisants fut codifiée dans une certaine mesure. Par exemple, si le mort est représenté coiffé du heaume fermé, le chevalier, parti guerroyer en des terres lointaines, n'est pas revenu.


Le mausolée du choeur
C'est le tombeau de:
- Henri-Frédéric de Gulpen, fils de Frédéric et seigneur de Stockem, mort en 1654
- Anne de Heyenoven son épouse, fille de Warnier, morte en 1641
Le tombeau est orné des blasons enlacés des Gulpen et des Heyenhoven et des 64 blasons des ascendants.

    On applique le code des gisants:
  • le seigneur a une tête de mousquetaire = XVIIe siècle
  • il porte une arme = il a combattu
  • son heaume est à ses pieds = il est mort dans son lit
  • la visière est ouverte = il n'est pas mort à l'étranger
  • ses pieds sont posés sur un lion = il a été brave au combat
  • son épouse a les pieds posés sur un chien = a été fidèle
  • les pieds de tous deux font saillie = on a tenu comte des courants telluriques (risques de tremblement de terre) pour l'emplacement du tombeau.
Une étude a montré que ce tombeau a été autrefois démonté puis réassemblé en permutant deux panneaux.
 
Le mausolée

armoiries

Les blasons

Les deux gisants

 
La dalle à gisants
La pierre tombale, placée dans le mur gauche à l'entrée de l'église montre les effigies en bas-relief de Jean de Heyenhoven (†1578) et de son épouse Anne de Warisoulx (†1596). Ce sont les arrière-grands-parents de celle qui a son mausolée dans le choeur.
Pierre tombale